Le diabète n’est pas une fatalité